fbpx

Avant l’ouverture officielle du forum africain sur la gouvernance de l’internet, les jeunes se bousculent pour comprendre

La 8ème Édition du forum africain sur la gouvernance de l’internet ouvre ses portes à N’Djamena ce lundi 10 septembre 2019 à l’Hôtel Radisson Blu, sous le thème : « Responsabilités partagées des parties prenantes pour un écosystème robuste de gouvernance de l’Internet ».

C’est dans une salle bondée des jeunes venus de par le continent africain que l’avant ouverture des activités du forum sera annoncée par Adil Sulieman le responsable des politiques télécoms / TIC à la Commission de l’Union africaine.

Cette 8ème édition du forum vise à favoriser la durabilité, la sécurité, la stabilité et le développement de l’internet en facilitant le développement des contenus, l’accès à l’information et aux connaissances.
Face à une jeunesse africaine embarquée dans l’utilisation de l’internet et de ses produits, Adil Sulieman a insisté sur l’importance de développement économique que génère l’internet dans les pays développés et en Afrique ces dernières années.

Selon des récentes estimations, l’internet a généré 12 milliards de dollars par année dans le monde, dont le réseau social Facebook, les moteurs des recherches Google, Being, le site de vente en ligne Amazone… occupent une place importante dans cette économie. « Ce forum est un challenge et opportunité, l’internet a de l’avenir en Afrique, l’Union africaine ambitionne de soutenir et accompagner le développement de l’internet pour le Développement du continent » a-t-il signifié.

Dans une langue anglaise traduite par les casques traducteurs, il a dénoncé le mouvement des jeunes africains vers l’Europe mettant leur vie en péril dans le Sahara et sur la traversée de mer. Un message reçu par les jeunes avec beaucoup d’émotion dans la salle, son discours à l’écho panafricaniste a été applaudit par l’assistance.

Les Panélistes à leur tour entrent en action, chacun des 5 d’entre eux, a brossé de manière brève l’objet de cette assise et de son importance tous en Anglais. C’est lors de la prise de parole, de Abdeldjalil Bachar Bong du Tchad, que les informations commencent à être comprises grâce à ses éclaircissement apportés en langue française. Dans ses explications Monsieur Bachar Bong, ces assises sur la gouvernance de l’internet ont débuté au niveau national, sous régional, aujourd’hui africain et au niveau mondial en 2011.

Selon les panélistes, aujourd’hui, une grande partie de la population africaine a accès à l’internet. Certains l’utilisent pour faire des connaissances, d’autres pour être en contact avec les membres de leur famille qui vivent dans d’autres pays. Mais son utilisation à des fins économiques et de développement reste peu développée.

Après les pauses, les participants ont été répartis dans plusieurs salles en fonction des langues comprises, pour des échanges avec les panélistes et experts sur l’utilisation de l’internet et aussi comment protéger ses données personnelles contres des pirates et son utilisation à des fins non légales.
Au cours des échanges, les participants, ont soulevés les imposteurs qui détournent les comptes sur les réseaux sociaux pour user à des fins d’arnaques, de chantages et de menace.

Les modérateurs, dans un langage franc, ont conseillé les participants de n’est pas étalé leur quotidien à travers des publications sur les réseaux sociaux, car disent-ils, cela peut être utilisé contre eux.


Il faut mentionner que la cérémonie officielle du lancement de cette 8ème édition du forum africain sur la gouvernance de l’internet est pour demain 10 septembre 2019, sous le haut patronage de son Excellence Monsieur Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *