fbpx

La HAMA de DJONABAYE remet en cause toutes les prérogatives de la presse tchadienne

Cher (e) s abonné(e)s nous partageons avec vous une analyse écrite par nos confrères du journal ÉCLAIRAGE sur la gesion de la haute autorité des médias audiovisuels et du comportement de son président Dieudonné Djonabaye. avec la plume de Déli Sainzoumi Nestor.

Désigné pour gérer le Haut Conseil de la Communication en février 2017, Dieudonné Djonabaye a fait la promesse de rendre crédible la presse. Mais ce n’est plus le cas depuis un certains temps. Le HCC devenu la HAMA sous Bendjo est désormais une usine où sont prises des décisions unilatérales. La HAMA de Bendjo discrimine au plus grand dam de tous.

C’est le totalitarisme qui installe son lit dans cette maison de régulation. « Tout le bureau que je dirige va prioriser le dialogue avec tous les responsables des médias publics et privés et mettra un accent particulier à la formation continue de tous les professionnels de la communication (privés et publics) », avait déclaré Dieudonné Djonabaye a sa prise de service.

Ces propos c’est bien de la démagogie. Car, avec cet homme, on assiste déjà à la mort de certains journaux, la situation de la presse privée devient inquiétante. Il ya pour dire clair, une dégradation du climat social et une crise de confiance qui s’installe dans le milieu journalistique. Il suffit de faire un tour à la Maison des médias pour comprendre qu’il y a des journalistes pro Bendjo ; une certaine presse roule pour cet homme qui ne tient pas à sa parole. Que peut-on attendre d’un homme qui n’entend que sa propre voix ? On le comprend, Bendjo veut coopérer avec des journalistes qui font du chantage, qui attaquent de paisibles citoyens à travers leurs colonnes.

Il n’y a pas longtemps encore le site Tchadanthropus-tribune écrivait : « Dieudonné Djonabaye, alias Témadji Martin (son nom originaire) ne ménage aucun effort pour faire reculer significativement la liberté de la presse au Tchad. Depuis qu’il a été parachuté à la tête de la HAMA, l’ancien correspondant de Rfi se croit tout permis et brille par des décisions liberticides ».

C’est aussi à travers ce site que j’apprends que Bendjo utilise certains journalistes pour régler ces comptes avec certaines personnalités de la République. Et c’est ainsi qu’il a pu prendre en otage l’aide exceptionnelle du Chef de l’Etat pour la redistribuer à ses affidés qui lui auraient retournés en contre partie de la rançon. Restant dans la même logique, il a trié sur le tas quelques Directeurs de publication pour une formation qui vient de prendre fin le 29 août 2019.

A Eclairages, nous avons la conviction que ce n’est pas Bendjo qui inventera la roue. La roue de l’histoire tourne et la vérité triomphera.

Déli Sainzoumi Nestor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *