fbpx

Afrique de l’Ouest : Beaucoup des écoles sont fermées à cause de l’insécurité

Les fermetures d’écoles en Afrique de l’Ouest et centrale ont triplé depuis 2017 alors que l’éducation est prise pour cible dans toute la région.

SOS Enfants de l’UNICEF prévient que l’intensification des attaques et des menaces de violence contre les écoles, les élèves et les enseignants dans la région ont forcé plus de 1,9 million d’enfants à abandonner l’école

DAKAR/GENÈVE/NEW YORK, le 23 août 2019 – Plus de 1,9 million d’enfants ont été chassés de leur école en Afrique de l’Ouest et centrale en raison d’une flambée d’attaques et de menaces de violence contre l’éducation dans toute la région, avertit l’UNICEF aujourd’hui dans un nouveau rapport. En juin 2019, 9 272 écoles étaient fermées au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali, au Niger, au Nigéria, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Tchad en raison de l’insécurité – soit trois fois le nombre enregistré à la fin de 2017.

Intitulé L’éducation en péril en Afrique de l’Ouest et centrale, le rapport prévient que le ciblage délibéré des écoles, des élèves et des enseignants se généralise dans la région, privant les enfants de leur droit d’apprendre et les laissant – ainsi que leur communauté – craindre pour leur vie et leur avenir.

Charlotte Petri Gornitzka, Directrice générale adjointe de l’UNICEF, et Muzoon Almellehan, ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, se sont rendues au Mali plus tôt cette semaine pour observer directement les répercussions de l’insécurité et de la violence croissantes sur l’éducation et la sécurité des enfants.

« Les attaques délibérées et les menaces incessantes contre l’éducation – laquelle est le fondement même de la paix et de la prospérité – font planer une ombre alarmante sur les enfants, les familles et les communautés de l’ensemble de la région », déclare Charlotte Petri Gornitzka. « J’ai visité un camp de personnes déplacées à Mopti, dans le centre du Mali, et j’y ai rencontré de jeunes enfants dans un espace d’apprentissage sûr appuyé par l’UNICEF. Il m’est apparu clairement à quel point l’éducation est cruciale pour eux et pour leurs proches. »

L’insécurité qui se répand dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun a forcé plus de 4 400 écoles à fermer dans ces zones. Plus de 2 000 écoles sont fermées au Burkina Faso, et plus de 900 le sont au Mali, à cause de l’intensification de la violence dans ces deux pays.

Dans les pays du Sahel central, Burkina Faso, Mali et Niger, les fermetures d’écoles attribuables aux attaques et aux menaces de violence ont sextuplé en un peu plus de deux ans à peine : elles sont passées de 512 en avril 2017 à 3 005 en juin 2019. Le nombre d’écoles fermées dans les quatre pays touchés par des crises dans le bassin du lac Tchad – Cameroun, Tchad, Niger et Nigéria – est demeuré approximativement le même, passant de 981 à 1 054, entre la fin de 2017 et juin 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *