fbpx

Elevage : La construction du complexe industriel d’abattoir frigorifique de Djermaya est relancée

Le Ministre d’État, Ministre Secrétaire général de la présidence de la République Kalzeube Pahimi Deubet accompagné du ministre de l’élevage et des productions animales ainsi ses quelques proches collaborateurs, a visité les complexes industriels et laitiers de Mandalia et celui d’abattoir frigorifique de Tannerie et d’exploitation de ruminant de Djermaya ce jeudi 08 aout 2019.

A l’ère de la IV République, les plus hautes autorités accordent une importance capitale au développement industriel du Tchad.  Ce complexe industriel et laitiers de Mandalia est, pour le gouvernement un dossier qui mérite d’être suivi de près.

C’est ce qui justifie cette visite, la 3ème du genre en l’espace d’un an.

La délégation conduite par le Ministre d’État, Ministre Secrétaire général de la présidence de la République Kalzeube Pahimi Deubet a eu  droit à des explications avant de visiter successivement, le système d’alimentation en eau, le bâtiment d’allaitement et les établissements en construction, dont l’exécution des travaux varie selon le type de compartiment visité.

Une fois opérationnel, le complexe laitier de Mandalia produira 165.000 litres de lait par jour. 

Après Mandalia, le Cap est mis sur le complexe industriel d’abattoir frigorifique de Tannerie et d’exploitation de ruminant de Djermaya, situé à 35 kilomètres à la sortie Nord de N’Djamena. Le ministre d’Etat, ministre secrétaire général de la présidence de la république, a procédé officiellement à la relance du chantier qui est aux arrêts depuis bientôt 2 ans. Ousman Mahamat Ibrahim Directeur Général adjoint du Kantec, Groupe de société en charge de la construction a rassuré le ministre du respect du close de contrat.

La construction de l’abattoir est la preuve tangible de l’importance qu’accorde le chef de l’état Idriss Deby Itno au secteur de l’élevage a signifié Kalzeube Pahimi Deubet : « je voudrais vous expliquer que le cheptel tchadien compte 100 millions de tête. Jusqu’ici nous avons exporté le bétail sur pieds, donc c’est une perte pour le pays. Le chef de l’État a dit désormais je veux mettre tous ces infrastructures en place avec tous ceux qui va avec le complexe industriel, pour que notre viande soit exportée, les sous-produits soient transformés ici et cela donne une valeur ajoutée à notre élevage. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *