fbpx

Économie: L’Inde à l’offensive en Afrique francophone

Le président indien Ram Nath Kovind est en visite officielle cette semaine dans trois pays africains jamais visités par les autorités de New Delhi : le Bénin, la Gambie et la Guinée. Pour ce journal burkinabé, l’Inde “passe à l’offensive diplomatique” sur un continent aussi courtisé par son rival chinois.

“Cette tournée est historique d’autant que c’est la toute première sortie officielle d’un chef d’État indien dans cette partie du continent africain”,salue Le Pays. Le quotidien du Burkina Faso souligne que l’étape du Bénin, premier pays visité lors de cette tournée qui a débuté le 28 juillet, “est loin d’être le fruit du hasard” :

En matière d’échanges commerciaux, l’Inde est devenu le premier partenaire commercial du pays du président Talon, elle a fini par damer le pion à sa grande rivale, la Chine, dans cette partie du continent.”

“Une manne financière fraîche”

Si le président Ram Nath Kovind a bien moins de pouvoir que son Premier ministre, Narendra Modi, des accords ont tout de même été signés entre les deux États, “Cotonou a bénéficié d’une manne financière fraîche de 100 millions de dollars [90 millions d’euros] pour ses projets prioritaires”.
Par ailleurs, les hommes d’affaires béninois ne seront plus obligés de se rendre à Abuja, la capitale du voisin nigérian, pour obtenir un visa pour aller en Inde. La procédure pourra désormais se faire en ligne.
La puissance asiatique va également renforcer sa coopération au cœur du golfe de Guinée “dans le domaine de la santé, où deux hôpitaux régionaux bénéficient, en Guinée Conakry, de l’appui de New Delhi, et celui des infrastructures, avec le financement de la construction de l’Assemblée nationale gambienne grâce à des fonds indiens”.

Face aux Occidentaux, Chinois et Japonais

Ces quinze dernières années, le commerce entre l’Inde et l’Afrique a plus que décuplé, faisant de New Delhi le quatrième partenaire commercial de l’Afrique. Traditionnellement, les investissements indiens restaient limités à l’Afrique anglophone (pays d’Afrique australe et de l’Est) en raison du nombre élevé de diasporas indiennes dans cette région, mais New Delhi accroît désormais son influence dans la zone africaine francophone.
Pour le quotidien de Ouagadougou, “le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après le sommet Inde-Afrique de 2015, organisé dans la capitale indienne, les autorités de New Delhi semblent passer à l’offensive diplomatique sur le continent noir, où Occidentaux, Chinois et Japonais ont visiblement pris une longueur d’avance sur le géant asiatique”.

À l’instar de ses concurrents, New Delhi semble déterminé à faire sa percée sur un continent courtisé de toutes parts par les grandes puissances”.

Pour Le Pays, cette course à l’Afrique est une chance pour le continent :

Ces types de coopérations sont à encourager car la diversification des partenaires peut offrir de multiples choix aux pays africains.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *