fbpx

Tchad: Les futures législatives et le climat politique au cœur d’une réunion à la Présidence.

Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a rencontré ce matin, à la Présidence de la République, les présidents et secrétaires généraux des partis politiques officiellement reconnus au Tchad. Le processus électoral et la mise en place d’un nouveau cadre national du dialogue politique (CNDP) était au menu de cette rencontre.

Il ressort de cette nième rencontre entre le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO et les présidents et secrétaires généraux des partis politiques légalement constitués au Tchad, que les élections législatives et communales se tiendront en 2019. C’est la quintessence de la communication faite par le Président de la République devant les acteurs politiques ce mercredi matin.  

En rappelant l’historique du processus électoral, le Chef de l’Etat met l’accent sur le chemin parcouru par le Tchad, les efforts consentis, notamment la mise en place du Cadre national du dialogue politique(CNDP), de la CENI, de ses démembrements. Evoquant les futures échéances électorales, le Chef de l’Etat rappelle que les textes essentiels qui concourent à l’organisation des consultations électorales, notamment ceux relatifs à la CENI, au code électoral, à l’organisation administrative et la loi régissant les partis politiques, ont été préparés, adoptés et promulgués à quelques exceptions près.

Malgré une conjoncture économique extrêmement difficile, deux milliards et demi de F CFA ont été mis à la disposition de la CENI, du CNDP et du BPE par le gouvernement pour leur permettre de fonctionner et préparer les élections.

Le Président de la République a particulièrement insisté sur sa volonté ferme d’organiser les élections législatives et locales courant 2019, comme il l’a réitéré à plusieurs reprises.

une vue des Chefs des Partis Politique

Pour le Chef de l’Etat, « on ne peut plus reculer, on doit avancer », d’où l’irréversibilité du processus électoral enclenché.

Le Chef de l’Etat a relevé également la nécessité d’avancer dans le consensus en vue des élections transparentes et crédibles et invite les acteurs politiques de faire prévaloir l’intérêt général et d’éviter les petites et incessantes querelles qui crispent le climat politique et qui ne feront que retarder le processus électoral.

« On ne peut vouloir des élections et opter pour une attitude de blocage », lance-t-il avant d’ouvrir le débat.

Un débat, comme il fallait s’y attendre, houleux, électrique et mais riche d’interventions pertinentes. Le Cadre national de dialogue politique dont la fin du mandat est remise au tapis, la CENI et ses démembrements qui divisent, la transparence des futures échéances électorales qui revient de manière récurrente, la caution à la présidentielle ou encore l’âge requis pour être candidat à la présidentielle, qui font toujours débat et cristallisent celui-ci.

Répondant aux différentes interventions, huit au total, le Président de la République a d’abord a relevé qu’elles sont pertinentes et dénotent de la volonté des acteurs politiques de parfaire le processus électoral. Il a salué les contributions des uns et a apporté des réponses aux inquiétudes des autres.

Il a rappelé que les membres du CNDP ne sont pas nommés par Décret du Président de la République. Ce sont les acteurs politiques qui les désignent en toute indépendance. De même, les membres de la CENI et ses démembrements sont désignés par les Partis Politiques. Il en sera de même pour les membres des bureaux de vote. Par conséquent, il appartient aux responsables des Partis Politiques de se mettre d’accord entre eux. Cependant, il distille quelques conseils pour que le consensus prenne le pas sur les divergences.

« J’ai pris bonne note qu’il n’y a pas eu de dialogue entre le CNDP et toute la classe politique dans toutes les démarches qui ont conduit à la mise en place des différents organes, qu’il s’agisse de la CENI ou de ses démembrements. Je voudrais vous faire observer, une chose : le nombre des membres du CNDP et de la CENI sont limités. Nous avons plus de 220 partis politiques. Il me parait logiquement impossible que tous les partis politiques soient représentés au sein du CNDP ou de la CENI », a expliqué le Chef de l’Etat, avant de proposer des palliatifs notamment ceux permettant à tous les partis politiques d’être dans les bureaux de vote.  

Après les échanges, les acteurs politiques sont tombés d’accord pour mettre en place un nouveau bureau du CNDP. Rendez-vous est pris pour le mardi, 16 juillet, à la Présidence de la République, pour que la liste des nouveaux membres du bureau du CNDP soit connue.

Pour conclure cette rencontre, le Chef de l’Etat a annoncé qu’il a instruit le ministre des Finances de débloquer le fonds destiné pour les partis politiques. Une nouvelle accueillie comme il se doit par les acteurs politiques, dans une immense joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *