fbpx

Le projet RESTE-Fund met en place des comités de coordination et de suivi des Plans de Développement Local

Le projet « RESTE – Emploi, résilience et cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad » a, il y a quelques mois déjà, permis d’élaborer les Plans de Développement Local (PDL) et de constituer des cellules de base et technique qui, doivent chacun à son niveau aider d’une part les organisations communautaires de base à la conception des micro-projets en lien avec des actions planifiées dans le plan local de développement et d’autre part à la mobilisation des ressources locales au besoin du financement du plan de développement.

Et, en collaboration avec le Ministère de l’Economie et de la Planification du Développement, le projet met en place des comités de coordination et de suivi des Plans de Développement Local. Ces comités ont pour mission de s’assurer de l’efficacité et de la qualité de la mise en œuvre des initiatives locales de développement, identifiées et planifiées dans les PDL.

Cette étape permettra de déclencher l’exécution des plans de développement élaborés. Ainsi, les premières activités identifiées comme prioritaires par les collectivités vont rapidement pouvoir voir le jour. Les activités jugées prioritaires sont identifiées et validées par les communautés concernées elles-mêmes sont entre autres la résilience aux changements climatiques, le renforcement de la gouvernance locale, l’accès inclusif des services sociaux de base et valorisation de l’économie locale. 

Le programme RESTE-Fund est financé par l’Union Européenne pour un montant de 27 000 000 € pour une durée de quatre (04) ans, avec pour objectif de contribuer à la stabilité de la bande sahélienne du Tchad en renforçant la résilience, le développement local durable et en accroissant les opportunités économiques. La composante « Emploi, résilience et cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad » est mise en œuvre dans les provinces du Kanem, Bahr el Gazal et Lac à travers un consortium regroupant Oxfam CARE et ACF ainsi que leurs partenaires nationaux que sont : AIDER, CHORA et ARDEK dont le montant est de 15 000 000 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *