fbpx

Des commissaires lettrés dans tous les arrondissements de la capitale, en début de semaine

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, a annoncé mardi, plusieurs mesures à la suite d’une visite d’inspection dans des commissariats de N’Djamena. 

Une délégation ministérielle s’est rendue lundi au Commissariat de sécurité publique n°7 où un jeune homme, Yaya Awad, est mort après avoir subi des coups et blessures mortels lors d’un interrogatoire, le 25 mai dernier. La victime avait été arrêté pour une affaire de recel de motocyclette. 

« Avec ces derniers évènements qui ont eu lieu, d’ailleurs c’est ça qui m’a poussé à commencer par le 7ème arrondissement, nous avons instruit les commissariats pour que désormais, dans trois jours, tous les commissaires de la ville de N’Djamena soient des commissaires lettrés, des gens qui savent lire et appliquer la justice », a expliqué le ministre Mahamat Abali Salah. 

D’après lui, « c’est très bizarre qu’un commissaire, censé appliquer la loi, ne sache pas lire. Ces mesures seront appliquées d’ici le début de la semaine prochaine pour que nous ayons des gens qui sachent lire et appliquer la justice. » 

Début mai, un jeune homme, Richard Mbeiguedem, est mort au Commissariat de sécurité publique n°6 de N’Djamena dans des conditions mystérieuses. Sa mort avait provoqué des échauffourées aux abords du commissariat. 
« Savoir appliquer la justice » 
Les commissaires sont chargés de coordonner diverses opérations, notamment pour le maintien de l’ordre public. Ils doivent en principe avoir de bonnes connaissances juridiques et pénales, des compétences en management pour la gestion d’équipe, et savoir faire preuve d’autorité et de diplomatie.

Alwihda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *