fbpx

Des arrêtés suspendent des chefs de cantons déjà décédés

La IV République, celle qui prône la rigueur dans le travail et la compétence de ses cadres à bien traiter les dossiers administratifs, n’est que vain mot.   Les arrêtés portant suspension des chefs de cantons truffés des erreurs. La suspension peut-elle s’appliquer aux personnes déjà mortes? Voici le contenu qu’un des journalistes de notre rédaction a parcouru et décelé les imperfections graves pour un  État qui se respecte.   L’arrêté ° 016  le Canton Waddi Hamra, l’actuel chef de canton s’appelle Dahab Abderahim Dahab. Par contre l’arrêté a suspendu Abderahim Dahab son papa décédé il y’a longtemps.  L’arrêté du Canton Marfa, l’actuel chef de canton s’appelle Abdedjelil Tahir Abdedjelil, l’arrêté suspend l’ancien chef de canton décédé. L’article 2 de l’arrêté demande au gouverneur du Ouaddaï, d’appliquer l’arrêté, alors que le canton Korio se trouve dans le département d’Abdi province de Sila.  Ainsi l’article 2 doit appeler les deux Gouverneurs à l’application de l’arrêté.   Du laxisme administratif ne s’en est-il pas de trop?  On ne peut pas diriger un pays où résoudre un conflit quand on ignore la limite des provinces et réveillé les chefs de cantons de leur tombe en les suspendant.           RépondreTransférer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *