fbpx

10 morts à Amkaroka, canton kario, dans le Sila, dans un conflit intercommunautaire

Tout commence ce dimanche 15 heure, des hommes armés sont venus dans un village appelé Amtoloka, dans le contan kario département d’Abdi. Ils se sont stationnés aux environs de ce village tirer des balles en l’air, les villageois de cette localité sont sortis pour découvrir ce qui se passe. En ce moment, les tireurs se sont reculés à quelques mètres de ces habitans, aussitôt, ils ouvrent le feu  sur ces villageois. Ces habitants d’Amtoloka se sont défendus avec le peu de moyen qu’ils avaient, l’affrontement a débuté à 16 heures et a pris fin à 20heures.

Les ravisseurs étaient à bord des motos, l’on  dénombre 10 morts du côté de la communauté Ouaddaï. Cet affrontement, selon notre source, est une suite logique de l’affrontement qui a eu lieu entre Ouaddaï et Arabe dans la province du Ouaddaï, il y a quelques jours.

Sur la question posée par notre rédaction  à la source, quel est le but de ces assaillants, y’avaient-ils des différends entre ces communautés Arabe et Ouaddai dans cette localité?

Il répond « Non il n’y a aucun conflit qui les oppose dans le passé, ils sont venus de l’Est, ils ont voulu attaquer une localité  appelée ‘’Abkar’’ mais là-bas les villageois se sont constitués en un comité d’auto-défense et ont dressé une barrière, ils n’ont pas pu exécuter leur plan d’attaque »

Selon toujours cette même source, c’est à leur retour qu’ils ont attaqué ce village. Il faisait tard, les villageois d’Amtoloka, canton kario n’avaient pas les ‘’outils’’ nécessaires pour se défendre, c’est pourquoi ils ont entrainé ce drame, a-t-il ajouté avec une voix triste.

Pour l’instant nous ne savons pas si les autorités ont pris connaissance de cet évènement, la situation est grave, les tensions sont visibles et pourrait entrainer d’autres morts, mais nous vous tiendront informer des mesures qui seront prises.

Cependant, la pratique de la Diya a été interdite ce lundi par le ministre de l’administration du territoire, de la sécurité publique et de la gouvernance locale  MAHAMAT ABBALI SALAH dans toute la province du Ouaddai. Faudrait-il appliquer cette même règle à la province de Sila?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *