fbpx

Le RJHDT célèbre le 03 Mai autour conférence, sur le droit de vote des retournés tchadiens de la RCA.

A l’occasion de la 26eme journée mondiale de la liberté de la presse célébrée chaque 03 Mai, le Réseau des Journalistes pour l’Humanitaire et le Développement Durable au Tchad (RJHDT) a tenu une conférence débat hier soir à l’École Supérieure des Sciences de Gestion Elliott Trudeau.

Une conférence placée sous le thème : L’exercice du droit de vote par les retournés tchadiens de la République Centrafricaine. L’objectif est de sensibiliser les retournés à travers les canaux des médias sur la question de leur droits et devoirs civiques notamment, la participation aux prochaines élections législatives et communales.

Ce panel composé de cinq (5) membres dont le Président de RJDHT Djibrine Nouh Alwali, s’est intéressé beaucoup plus au sujet de la réinsertion sociale des retournés vivants dans les différents sites d’accueil. Dans son intervention, le chargé des migrations mixtes de la CNRR M. Hamid Mahamat a fait un rappel historique du contexte de la crise de 2013 en RCA, qui a conduit le rapatriement des tchadiens vivants dans ce pays.

Il a fait savoir également qu’il existe deux groupes cibles de retournés que sont : le groupes de retournés sans attache familiale et le groupes de retournés avec attache familiale. Hamid Mahamat a aussi rappelé au public que le terme ‘’ retournés’’ est utilisé pour intégrer et prendre en charge cette composante de la population.

Quant au Représentant du Directeur des Affaires Politiques et Etat civil au ministère de l’Administration du territoire, Dr. Djerané ARISTIDE a fait comprendre que les retournés ont le même droit de vote et civique que les autres citoyens tchadiens. Mais le véritable problème se pose par rapport aux retournés par le fait qu’ils ne disposent pas des papiers administratifs. A cet effet, les journalistes sont sollicités à véhiculer message relatif au droit de vote des retournés afin que ces derniers puisse également prendre conscience par rapport à leur droit civique.

Ainsi donc, l’un des membres du Réseau des Journalistes pour l’Humanitaire et le Développement Durable au Tchad a interpelé le gouvernement de mettre à la disposition de ces retournés des papiers administratifs qui leur permettrons à participer aux prochaines élections. Il faut rappeler que, le public composé majoritairement d’étudiant s’est attablé essentiellement aux statuts juridiques des retournés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *