fbpx

Eve, le courage d’une femme audacieuse

Pour ceux qui suivent l’actualité sur le réseau bleu, ils l »auront certainement reconnu, Eve Kassiré a ému plus d’une personne à travers le calvaire et l’agression à l’acide dont elle a été victime. Elle a bravé la douleur physique et morale loin de son Tchad natal. Dans le cadre de notre série de portrait des femmes du mois de mars, la rédaction de Toumaï Web Médias décide de lui rendre Hommage.

EVE KASSIRÉ Originaire de la Tandjilé, Eve Kassire est née et a grandi dans la capitale du Tchad, N’Djamena. Fille de Achta Roguine Pauline et Nouradine Kassiré Delwa Coumakoye, sa naissance est tout sauf ordinaire. Au lieu de neuf mois de grossesse habituelle, sa maman la supporte pendant onze mois avant que Eve ne décide de naître le 24 mai 1979. C’est donc à N’Djamena que Eve effectue ses études primaires, secondaires, et partiellement les études supérieures.

Après une licence en Droit Public, elle intègre l’École Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) et se dote d’un diplôme en Administration de Budget et Trésor. Elle rejoint après son parcours universitaire le Ministère de la Santé en qualité d’Administratrice Civile. Après le Ministère de la Santé, Eve s’envole pour Haïti ou elle rejoint le Catholic Medical Mission Board (CMMB) pour le poste de Chef de Projet Malaria, puis elle intègre le Medical Benevolence Foundation (MBF) à titre d’Agent de Liaison.

En 2016, Eve s’inscrit à l’Université du Burkina, notamment pour poursuivre à distance des études universitaires supplémentaires. Malheureusement, suite à l’attaque barbare sur sa personne, dans la nuit du 24 au 25 avril, par nul autre que le père de ses enfants, Eve est obligée de suspendre ses engagements académiques. De suite de l’attaque à l’acide sulfurique, elle est initialement admise à l’hôpital MSF à Port au Prince, puis transférée à Memphis, dans l’état du Tennessee aux États-Unis, vu son état de santé critique.

Très vite, les coûts de soins s’accumulent ; Eve est donc expulsée de l’hôpital par les responsables, sans le moindre remord pour son état de santé inquiétant. Femme battante et courageuse, elle arrive à obtenir par le biais de son avocat chez Human Rights First, à New York, une assurance médicale partielle dans le cadre du programme de victimes de violences et tortures à Bellevue Hospital Center, qui la réfère à NYU Langone Health. En juillet 2018, elle reprend les chirurgies et suivis médicaux requis. Eve vit actuellement dans l’État du New Jersey, et se rend régulièrement à New York, notamment pour les soins médicaux. Pour son combat acharné contre les violences faites aux femmes ; pour son caractère fort ; pour l’injustice dont elle est victime, nous décernons à Eve Kassiré le titre Femme Africaine de l’Année, pour la première édition de cette distinction annuelle.

Source: N’DJAMENA 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *