fbpx

Économie/Emploi: Entrepreneuriat, au delà des mots.

Le Mot entrepreneuriat est sur les lèvres de beaucoup de personnes ces dernières années. Des jeunes diplômés sans emploi, aux femmes jusqu’au discours des décideurs économiques et politiques, tous se conviennent que pour le développement durable et le plein emploi, il faut nécessairement passer par l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. la rédaction de Toumaï Web Médias a décidé de revenir sur ce mot, sa portée et surtout les différents événements auxquels il est lié.

L’entrepreneuriat, désigne le fait de mener une activité dont on est soi-même l’initiateur, comme le montre son sens étymologique. La créativité, la rigueur, l’humilité, la confiance en soi et le leadership sont les caractères d’un entrepreneur.

Dans un contexte d’aggravation continue du chômage des jeunes en Afrique et particulièrement au Tchad, un ensemble de programmes et d’initiatives se sont succédés dans l’espoir que l’expérience entrepreneuriale soit préparée voir intégrée dans la formation des jeunes, pour favoriser leur insertion professionnelle.

Nous pouvons citer entre autre, la semaine mondiale de l’entrepreneuriat Tchad organisé par le Réseau des Jeunes pour le Développement Leadership du Tchad, le programme d’accompagnement des incubateurs à l’exemple de wenakLabs et Chad Innovation Hub, la formation et compétition #Entreprendre organisée par la Génération ABCD, les programmes des formations organisées par( YaliTchad, The First Business Center, Perfection consulting, mossossouk.com) le programme de formation, compétition et accompagnement Tchad Talent organisé par consulting Africa Tchad, la compétition dédiée aux femmes porteuses des projets de Tigo Kellou Digital et Reach For Change. L’entrepreneuriat fait l’objet d’un nombre important d’initiatives, d’événements et de discours, dont une grande partie s’adresse aux jeunes et aux femmes.

Les jeunes tchadiens se lancent des plus en plus dans l’entrepreneuriat par défaut ou par vocation dans des secteurs porteurs comme le numérique, l’agroalimentaire, l’économie verte et tous les aspects liés au développement durable. Mais, ces jeunes entrepreneurs sont confrontés à divers défis lorsqu’ils décident de lancer leur entreprise.

Ces défis sont liés le plus souvent au contexte socioculturel, au manque d’appui technique et financier et aussi à l’environnement des affaires. C’est dans ce sens que Pour Tony Elumelu, homme d’affaires nigérian et par ailleurs initiateur du concours The Tony Elumelu Fondation “Nous devons tenir nos gouvernements responsables de ne pas avoir créé les bonnes conditions pour que les entreprises prospèrent. Nous sommes un continent qui est naturellement doté de richesses et il n’y a aucune raison pour que nos jeunes souffrent.

“ Le gouvernement est invité à soutenir les entrepreneurs afin de créer un écosystème qui incitera davantage les jeunes à rester et à faire progresser le continent afin de freiner la montée du chômage et d’endiguer la crise migratoire. Aussi, Malgré les défis les jeunes ne devraient pas avoir d’effet dissuasif pour entreprendre.

Par Fatimé Hachim Haroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *