fbpx

Tchad/Sécurité: Le chef de la diplomatie tchadienne clarifie la situation sécuritaire dans le nord .

#Twm#Tchad

Déclaration du Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine, de la Coopération Internationale et de la Diaspora au corps diplomatique et consulaire accrédité au Tchad ce jeudi 14 février 2019 à N’djamena.

– Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, chefs de missions diplomatiques et consulaires accrédités au Tchad,
– Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,
– Mesdames et Messieurs, en vos rangs, grades et qualités respectifs,
– Distingués invités,

Comme vous le savez, l’affaiblissement de l’Etat libyen a permis à des groupes terroristes ayant fui le Moyen Orient et à des bandes de mercenaires de s’emparer du Sud libyen, transformé en une zone de non-droit.

Le Tchad n’a eu cesse de dénoncer et de condamner la présence de ces terroristes et bandes de mercenaires en territoire libyen qui, non seulement interfèrent dans la crise libyenne, en se mettant au service des protagonistes moyennant des avantages financiers, mais se livrent également à des trafics illicites d’armes, de munitions, de drogues et d’êtres humains, ainsi qu’à des attaques armées récurrentes, contre les pays voisins, en particulier le Tchad.

En effet, le 20 janvier 2019, une colonne de plusieurs dizaines de pick-up lourdement armés, partie depuis Waw Al-Kabir dans le Sud libyen, a été repérée dans sa tentative d’opérer une incursion en territoire tchadien. Cette colonne, suivie depuis son point de départ, a essuyé, le 02 février, les premières frappes de l’armée de l’air tchadienne, appuyées à partir du 03 février par l’aviation française, avant d’être anéantie à la suite des opérations aériennes conjointes, les 5 et 6 février, aux confins de l’Ennedi.

Il ressort du bilan exhaustif qu’une quarantaine de véhicules tout-terrain ont été détruits et 19 véhicules, dont 16 équipés d’armes lourdes, ont été récupérés. D’importantes quantités d’armes légères et des munitions des tout calibre ont été saisies. Environ deux-cent-cinquante (250) éléments de la colonne ont été capturés dont six (06) de leurs principaux responsables.
Le Tchad étant un Etat de droit, les prisonniers sont mis à la disposition de la justice, et répondront de leurs actes conformément aux lois de la République.
Le Tchad tient à remercier la France pour avoir répondu, conformément au droit international et à l’esprit des accords de coopération liant nos deux pays, à la demande de soutien des plus hautes autorités du Tchad, pour faire face à la grave menace de déstabilisation du Tchad et de toute la sous-région.
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,

Cette agression contre le Tchad est l’œuvre d’une bande armée, équipée et financée en Libye par des extrémistes et des djihadistes bien implantés en Libye, bénéficiant des financements étrangers.
Cette bande est composée d’éléments appartenant à des groupes de mercenaires d’origine et de nationalité diverses, ayant servi au sein des milices d’Ibrahim JEDRAN, connu aussi sous le nom d’Ibrahim JORDAN, contre lesquels le Gouvernement d’Entente Nationale Libyen a émis des mandats d’arrêt internationaux pour leur participation à des attaques contre des terminaux pétroliers dans l’Est libyen, ainsi que contre la base aérienne de Tamen Hint à 500 Km au Sud de Tripoli.
Ils ont été entraînés et formés dans les zones, sous influence des milices islamistes libyennes, de Mourzouk et Misratha. Ils y ont acquis des armes, des munitions, des matériels de guerre sophistiqués, y compris des véhicules blindés, avec le financement des puissances étrangères qui rêvent de voir le Tchad déstabilisé.
La colonne venue attaquer le Tchad, se réclamant de l’UFR, dont le chef est refugié au Qatar, fait l’objet d’un de ces mandats d’arrêts internationaux émis par les autorités libyennes.
Il s’agit donc d’une déstabilisation bien planifiée du Tchad dont l’engagement dans la lutte contre le terrorisme aux côtés de la communauté internationale est de plus affirmé.
En effet, le Tchad a combattu et continue de combattre, depuis 2012, les groupes terroristes dans l’ensemble du Sahel au prix d’énormes sacrifices humains, matériels et financiers.
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,

Il vous souviendra que Tchad a été le premier pays à venir aux côtés de la France à l’appel du Mali pour chasser les terroristes les plus redoutables du Nord de ce pays. Il est par conséquent normal que la France soit le premier à répondre à l’appel du Tchad lorsqu’il subit une attaque armée orchestrée de l’étranger avec la volonté affichée de le déstabiliser, et toute la sous région avec.
La France n’a pas soutenu un régime, ni un parti, encore moins un président. Elle a aidé l’Etat tchadien, un Etat ami confronté à un ennemi organisé, armé et financé depuis l’étranger pour tenter de prendre le pouvoir par la force. Le Tchad était face à un danger comme l’avait été le Mali face aux colonnes djihadistes qui ont foncé en 2012 sur Bamako pour prendre le pouvoir par les armes.

Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,

Le Tchad est un Etat de droit. Sa volonté de consacrer la démocratie comme mode de gouvernance ne fait aucun doute, comme l’atteste d’ailleurs la pluralité d’opinions politiques sur tous les sujets, le dynamisme de sa société civile et la liberté de ton de sa presse. Pour les observateurs avertis que vous êtes, il est superflu de rappeler la ferme détermination des Tchadiens à vivre dans la paix.
Les divergences d’approche et d’appréciation somme toute naturelles, qu’il peut y avoir en matière politique ne sont jamais de taille à ébranler le consensus national forgé à l’épreuve de l’histoire récente du Tchad et d’après lequel il faut bannir la guerre sous toutes ses formes.
L’engagement du Gouvernement en faveur de la démocratie et des droits de l’Homme et sa détermination à veiller à la sécurité de ses citoyens sont sans faille. Notre participation aux missions de maintien de la paix et notre appui aux initiatives de dialogue et de réconciliation en Libye et en RCA concourent, tous, à instaurer la paix et la sécurité dans le Sahel et la sous-région Afrique centrale.
Je vous remercie de votre aimable attention.


Source : Ministère des affaires étrangères du Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *